Nos peurs : Comment les comprendre et les apaiser ?

 

Comprendre nos peurs :

Nous avons tous des peurs plus ou moins conscientes (peur du rejet, peur du jugement, peur de mourir, peur d’échouer et même peur de réussir et des conséquences qui pourraient advenir…). La liste n’est pas exhaustive.

Et pour certains d’entre nous, ces peurs peuvent nous gâcher la vie, selon leur intensité et leur récurrence.

Cependant, seulement  10% de nos peurs sont des avertissements à un danger physique imminent,  et qui nous permettrait de sauver notre vie soit en attaquant, soit en fuyant.

La majorité de nos peurs sont déclenchées par nos perceptions, par notre imagination. Imaginer par exemple qu’il pourrait se passer quelque chose de grave, sans en avoir la certitude. C’est la raison pour laquelle nous avons parfois peur de choses qui ne se passeront jamais ou qui se sont déjà passées. Le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est passé, présent ou futur, et entre ce qui est réel ou imaginaire.

En revanche, même si l’objet de la peur n’est pas présent, l’émotion ressentie elle, est vraiment présente et désagréable, voire insupportable. L’émotion est ressentie par des sensations physiques qui apparaissent, par le biais du système orthosympathique et cela se traduit par :

  • Une augmentation des battements cardiaques
  • Des tensions musculaires
  • Un ralentissement de la digestion (pour détourner le sang digestif au profit des muscles)
  • Une accélération de la respiration
  • Une augmentation de la sudation (pour maintenir la température à 37°)
  • Une stimulation du foie (afin de fournir de l’énergie)
  • Une stimulation des glandes surrénales productrices d’adrénaline, de noradrénaline, et de cortisol.

 

Le corps est prêt à passer à l’action.

 

Comment apaiser nos peurs ?

 

En activant le système parasympathique, l’antagoniste du système orthosympathique décrit ci-dessus.

 

Tous les exercices de visualisations positives, permettent d’activer ce système, car souvenons-nous, le cerveau ne fait pas la différence entre le réel et l’imaginaire. Ça marche aussi avec le positif.

Les exercices de respiration profonde sont également très efficaces, car tout le processus physiologique s’inverse dès que la respiration et le cœur se calment.

Mettre son corps dans le mouvement, en faisant du sport par exemple, permet aussi d’activer le système parasympathique et donc d’apaiser les sensations physiques désagréables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *